top of page

Veille PFUE - « Un projet européen sur le long terme: la stratégie européenne d’Emmanuel Macron »

Par Lou ROCCA

Directeur de publication: Thomas MESZAROS

Responsable pédagogique: Fabien DESPINASSE, Julie DUNOUHAUD



Introduction:


Le 9 mai dernier, Emmanuel Macron énonçait un discours devant le Parlement européen à Strasbourg qu’il a à cette occasion renommé le « Serment de Strasbourg ». Les « serments de Strasbourg » ont déjà existé et ils correspondent aux accords signés en 842 entre Charles le Chauve et Louis le Germanique, des accords politiques d’envergure historique qui peuvent être considérés comme « l’acte de naissance de la langue française »(1). Cette dimension historique, Emmanuel Macron la transmet à chacun de ses discours sur l’Europe, faisant systématiquement référence à ses « pères fondateurs » (Robert Schuman au commencement, Jacques Delors plus tard). Sa vision de l’Europe est elle-même historique, emprunte des leçons de l’histoire et tournée vers le long terme.


I. Les (6) clés de l’autonomie européenne, un projet personnel pour l’Europe


1. Le discours de la Sorbonne de 2017: feuille de route de la stratégie d’Emmanuel Macron pour l’Europe


Si le travail européen de la France est rendu saillant par la PFUE, entamée le 1er janvier 2022, la stratégie européenne du Président français a été forgée depuis le début de son premier mandat en 2017.Emmanuel Macron pose les premières briques de son projet pour l’Europe lors de son discours en Sorbonne du 29 septembre 2017, intitulé «Initiative pour l’Europe » (2). Son objectif est la refondation d’une Europe « unie, souveraine et démocratique » (2). Pour sa première prise de parole officielle sur le sujet européen, Emmanuel Macron incombe à son auditoire de se replacer dans la stratégie et donc dans le long terme, afin de ne plus rester confiné dans l’instantanéité de la tactique (« Ils se sont habitués à la tactique » (2)). Pour le président français, l’Europe est avant tout une idée et pour qu’elle demeure pérenne, cette idée socle doit être réactivée. Le président français présente de façon didactique les « 6 clés de la souveraineté » (2) :

  1. Défense et sécurité européenne.

  2. Maîtrise des frontières, préservation de nos valeurs.

  3. Politique étrangère.

  4. Transition écologique.

  5. Numérique.

  6. puissance économique industrielle et monétaire.

Si l’on resserre la focale sur les questions de sécurité et défense de l’espace européen, on comprend que le discours du président Macron de 2017 énonçait une stratégie personnelle et durable pour l’Europe. En effet, dès 2017, Emmanuel Macron fait mention des pays des Balkans en appuyant leur intérêt géostratégique (« Cette union (…) devra s’ouvrir aux pays des Balkans » (2)). Emmanuel Macron en fait mention dans chacun de ses discours sur l’Europe qui ont suivi : discours du 9 décembre 2021 en conférence de presse sur l’importance de la coopération avec notre voisinage ( « le fait de plusieurs puissances régionales qui cherchent, à travers les Balkans, à déstabiliser l'Europe. » (3)), discours devant le Parlement européen du 19 janvier 2021 (4) ou encore lors de son discours devant ce même Parlement le 9 mai (5) dernier qui clôturait la Conférence sur l’avenir de l’Europe (6).


Par ailleurs, si le « défi » migratoire était l’une des grandes préoccupations des dirigeants européens en 2017 (7), il reste aujourd’hui un sujet clivant au sein de l’Union Européenne (8). La guerre en Ukraine relance le débat de la répartition des réfugiés en Europe (le 24 février, après trois mois de guerre, la France annonce avoir accueilli 85 000 réfugiés ukrainiens (9)).


Enfin, le sommet entre l’Union Européenne et l’Union Africaine (UE-UA) (10) illustre cette volonté durable du président Macron de développer et préserver les relations entre le vieux continent et l’Afrique (« Notre politique commune en Méditerranée et en Afrique doit aujourd’hui se consolider »(2)).

Le discours de la Sorbonne d’Emmanuel Macron en 2017, réalisé dans ce lieu chargé d’histoire préfigure ainsi un projet européen global et de longue durée. Une posture pro-active qui n’avait pas été portée par un président français depuis des décennies.


2 .La stratégie : boussole de l’Europe dans la succession des crises géopolitiques conjoncturelles. (répondre aux menaces extérieures)


Si l’ « idée » européenne doit être invulnérable à la conjoncture, elle ne doit pas lui être imperméable. Pour Emmanuel Macron en 2017, « on a perdu l’objectif ». Si « l’Europe ne vivra que par l’idée que nous nous en faisons » (2), il ne faut pas oublier que la construction européenne reste l’héritière d’une histoire bien particulière et qu’elle résulte d’une nécessaire coopération géographique au sortir des deux conflits mondiaux. Selon le président français, « l’idée a (alors) triomphé des ruines » (2) et elle devra à nouveau surmonter les soubresauts géopolitiques du monde. Méthodiquement, Emmanuel Macron débute toujours ses discours européens sur un rappel de l’histoire, puis sur le contexte polémogène qui leur est contemporain. La crise du Covid-19 occupe une place importante dans les préoccupations européennes lors de l’allocution présidentielle du 9 décembre 2021, mais c’est surtout autour de « tension jusque dans notre voisinage le plus direct » qu’Emmanuel Macron revient au début de son intervention (3). Lors de son discours devant le Parlement Européen le 19 janvier dernier (4) Emmanuel Macron insiste sur les menaces pesant sur l’État de droit et l’implication personnelle qu’il prendra dans le cadre de la PFUE à la défense de la démocratie. Enfin, son « Serment de Strasbourg » (5) débute sur la réaffirmation du soutien ferme et continu de l’UE envers le peuple ukrainien.


La situation géopolitique de l’Europe et même du monde évolue, et avec elle les priorités qui sont explicitées par les instances européennes. Cependant, pour le président français, elle ne doit pas changer l’agenda européen. Cette histoire, ces expériences, doivent être l’instrument de l’efficacité européenne (5). Ainsi, la feuille de route que tente de porter Emmanuel Macron ne doit pas être hermétique aux leçons de l’histoire (« leçons que nous tirons collectivement des crises que nous venons de traverser et que nous sommes en train de vivre »(5)). L’Europe, dans ses frontières extérieures a été menacée, l’est aujourd’hui avec l’invasion russe de l’Ukraine et le sera probablement à nouveau dans le futur. Et parce que l’Union Européenne est une coopération géographique et inter-étatique de longue durée, dont les crises qu’elle a du surmonter « auraient pu nous engloutir » (2), Emmanuel Macron préconise dès 2017 une refondation de l’idée européenne qui s’articule autour de six problématiques omniscientes.


3. Assurer la pérennité de l’Europe : un projet structurel et sur le long terme, (répondre aux menaces intérieures)


L’intégration des potentielles menaces et des leçons du passé correspondent également à la méthodologie préconisée par Emmanuel Macron pour contrer les menaces intérieures à l’Union Européenne. En 2017, en 2021 puis en 2022, l’Union Européenne a été en proie ou l’est toujours à des menaces venant de l’intérieur de ses États membres et qui mettent en péril, in fine, l’équilibre de l’Union Européenne. Ce sont ces crises qui indiquent les marches à suivre afin d’anticiper les prochaines. Comme énoncé précédemment, en 2017, c’était l’idée même de l’Europe qui était menacée. Pour E. Macron, il fallait alors la « vivifier, (…) la rendre toujours plus belle et plus forte, (...) ne pas nous laisser arrêter par la forme que lui donnent les circonstances historiques ». La refondation d’une stratégie à long terme pour l’Europe rappelle alors les « efforts créateurs » de Robert Schuman en 1950 (4). En 2021, E. Macron dresse le bilan de la crise du Covid-19 qui toucha sans exception tous les États membres et qui chacun décidèrent dans un premier temps d’adopter une politique de lutte contre le virus singulière (12). C’est finalement la coopération entre les États qui leur a permis de répondre efficacement à la propagation du virus. L’Union Européenne a ainsi tenté d’appliquer les leçons de la crise économique de 2008. En effet, les États membres avaient tardé à apporter une réponse efficace lors de la crise des dettes souveraines de 2010 et c’est grâce aux mesures non conventionnelles du président de la Banque Centrale Européenne Mario Draghi que les investisseurs avaient retrouvé confiance dans la capacité des États à rembourser leurs dettes (13). Ce n’est donc pas par hasard qu’Emmanuel Macron publie en décembre 2021 une tribune sur la stratégie macroéconomique et budgétaire de l’UE, co-écrite avec Mario Draghi, alors président du Conseil des ministres d’Italie (14). Enfin, avec la guerre en Ukraine, c’est le socle des valeurs européennes qui se trouve menacé et notamment l’idéal de l’État de droit. Dans tous ses discours sur l’Europe et depuis 2017, le président français soutient qu’il s’agit là du premier défi que l’UE doit relever, face à des « idées » (« nationalisme, identitarisme, protectionnisme, souverainisme de repli (5)) qui le menacent. Dans son discours du 9 mai dernier, E. Macron indique que l’un des outils de gestion de crise les plus efficaces face au Covid-19 a été la démocratie. C’est en coopérant au niveau européen et au sein des institutions démocratiques que les 27 ont réussi à proposer une réponse efficace à la propagation du virus (15).


Les crises auxquelles elle est confrontée ne doivent pas, pour le président français, dévier l’Union Européenne de son agenda qu’il veut globalisant. Cependant, la refondation qu’il propose est depuis 2017 rendue nécessaire par l’absence de stratégie sur le long terme qu’il pointe comme l’origine des faiblesses de l’Union Européenne. La présidence du Conseil de l’Union Européenne, qui ne revient qu’une fois tous les treize ans à la France doit donc être un catalyseur de l’agenda européen du président Macron.


II. La PFUE, l’entrée médiatisée dans la phase tactique de la stratégie européenne portée par le Président français


1. Le discours du 9 décembre 2021 : tracer les objectifs de la PFUE


Emmanuel Macron souhaite tirer profit de la visibilité offerte par la PFUE pour accélérer la mise en œuvre de son agenda pour l’Europe. Il s’agit déjà pour lui de pousser tous ses partenaires européens à le rejoindre dans une dynamique pro-active. La réponse aux différents défis qui se posent à l’UE sera basée sur l’indépendance, l’autonomie et la coopération européenne. Le 9 décembre 2021, Emmanuel Macron présente ainsi les trois grands objectifs de la PFUE, élaborés conjointement avec le Portugal et la Slovénie (16). Durant les six mois qui lui seront impartis, la France cherchera à créer un nouveau modèle européen de croissance, une « Europe à taille humaine », mais également à refonder une Europe souveraine et autonome (3). Cette souveraineté et cette autonomie, au coeur de son discours de la Sorbonne, est également définie par le président français en 2019 dans sa tribune intitulée « Pour une Renaissance de l’Europe » (17) : « qui peut prétendre être souverain, seul, face aux puissances du numériques ? » . Globalement, la souveraineté des États membres réside donc dans cette coopération européenne qui permettra à l’Europe de peser comme un tout cohérent dans le concert des nations, notamment face à la Chine et aux Etats-Unis.


La PFUE est donc un moyen d’accélérer un agenda qui a déjà commencé à être mise en place, notamment dans le domaine d’autonomie de la défense européenne. Ainsi, en 2018 est crée l’Initiative Européenne d’Intervention qui trouve sa genèse dans le discours de la Sorbonne du président Macron : « une initiative européenne d’intervention visant à développer cette culture stratégique partagée » (2). En outre, la France est très attachée au Fond Européen de la Défense qui doit permettre à l’Europe de s’autonomiser des Etats-Unis (18). C’est dans cette logique de recherche d’autonomie et de souveraineté qu’a été signé le 21 mars dernier le livre blanc de la défense et de la sécurité européenne appelé « boussole stratégique ». (19)


2. La coopération sans tomber dans l’uniformisation


La France pense donc que l’amélioration de la défense européenne et in fine de la sécurité de l’Europe est corrélée aux capacités de coopération des États membres. Cependant, le projet européen porté par E.Macron repose sur un socle de valeurs dont la préservation est indispensable à la survie de l’alliance européenne. Ces valeurs, que l’on retrouve dans les différents discours d’Emmanuel Macron sont l’État de droit, que nous avons abordé précédemment, mais aussi la liberté et la paix. Ces deux objectifs ont été fragilisés par l’invasion russe de l’Ukraine du 24 février dernier qui, en plus d’avoir ramené la guerre sur le continent européen a violé la souveraineté et donc la liberté du peuple ukrainien. Ce bouleversement géopolitique a donc contraint le président français a réaffirmer cet objectif de paix dans le Serment de Strasbourg : « Préserver la paix sur le reste du continent européen et éviter toute escalade » (5). Enfin, la Conférence sur l’Avenir de l’Europe, achevée le 9 mai 2022 par un discours du président français, se voulait la garante de l’objectif démocratique de l’Union Européenne, de par son organisation en comité de travail composé en partie de citoyens européens.


En 2017 puis en 2019 devant le Parlement Européen, E. Macron réaffirmait que la force de l’Union Européenne résidait dans la diversité de nos cultures. Ce vocable vise à rassurer ses partenaires européens vis-à-vis de son agenda libéral pour l’Europe. En mettant en place des projet portant sur l’éducation et/ou la culture (par exemple: l’expansion du programme Erasmus (20) ainsi que la Conférence sur l’innovation de rupture du 11 au 13 mai 2022), le Président français veut pousser les pays européens à s’aligner (par exemple en matière de taxes sur les géants du numérique) tout en rassurant ses partenaires sur la sauvegarde de leurs particularités nationales (2). Ainsi, la mondialisation est rappelée comme une menace géopolitique (2), mais elle apparaît également pour le président français comme une opportunité économique et financière nécessitant sa part de régulation. Emmanuel Macron souhaite par exemple lutter contre le dumping social en créant un marché européen du travail (3)


3. Assumer l’intérêt d’une « Europe à plusieurs vitesses »


Le caractère catalysant de l’agenda proprement français de la PFUE est incarné dans la proposition de « Communauté politique européenne » du président Macron lors de son discours du 9 mai dernier. Ce projet n’est pas inédit puisqu’une « confédération européenne » avait été proposée par François Mitterand en 1989 (21), quelques mois seulement après la chute du mur de Berlin. Ce projet n’avait pas abouti notamment car, de facto, en tendant la main vers la Russie, il tournait le dos aux Etats-Unis, ce que nombre de partenaires européens n’ont alors pas pu accepter, étant donné la chronologie de la Guerre Froide. Mais pour Emmanuel Macron, il faut assumer qu’une « Europe à plusieurs vitesses (…) existe déjà » (5). Elle n’est pas une fin en soit, mais elle doit permettre d’augmenter l’efficacité de l’Union Européenne, pour « permettre à ceux et celles qui veulent avancer un peu plus loin d'entraîner les autres » (5). Cette reconfiguration de la méthode européenne serait d’autant plus nécessaire que les crises se suivent et ne se ressemblent pas. Lors du lancement de la Conférence sur l’avenir de l’Europe en mai 2021, E.Macron souhaitait déjà « retrouver le goût de l’avenir et de la vitesse »(22), une rhétorique qui laissait donc déjà percer sa détermination à ancrer une méthode d’initiatives décalées au sein de l’Union Européenne (comme c’est déjà le cas pour la Coopération Structurée Permanente (PESCO) ou l’Initiative Européenne d’Intervention). Cette volonté de diversifier la source des propositions ne doit pas masquer l’ambition française de rester au coeur de la machine législative européenne. E. Macron l’assume : Les avant-gardes ont toujours été fécondes pour le projet européen » (23). Dans son discours du 9 mai 2022, Emmanuel Macron laisse clairement transparaître son souhait de réviser les traités européens. Enfin, dès 2017, il expliquait que la refondation de l’Europe passerait par une refondation du couple franco-allemand, plus que jamais moteur dans la construction européenne depuis le départ du Royaume-Uni, en témoigne leur initiative conjointe de relance européenne post-covid. (24)


Conclusion :


Le Président français utilise donc la visibilité qui lui est offerte par la PFUE pour pousser ses partenaires européens à s’aligner sur une route européenne sur laquelle il travaille depuis 2017 et souhaite continuer à avancer au gré des soubresauts conjoncturels.

Le jeu d’Emmanuel Macron de promouvoir cette Europe à deux vitesses, avec la reconnaissance qu’il y aura des pôles plus dynamiques que d’autres, est à double tranchant. Treize États ont déjà refusé de procéder à une révision des traités à la suite du discours de E. Macron le 9 mai dernier, notamment en lien avec des préoccupations nationales (volonté de rester proches des Etats-Unis par exemple). Le président Macron n’a donc pas le soutien de tous ses partenaires et celui du Parlement Européen risque de ne pas être suffisant pour rendre effectives ses volontés de révision des traités, l’une d’entre elles étant justement de doter le Parlement européen de l’initiative législative. Il reste un mois au président français pour convaincre de l'opérationnalité de sa stratégie et engager une nouvelle phase de réformes de l’Union européenne lors du Conseil Européen des 23-24 juin 2022 (22).


Pour aller plus loin :


  • L’attachement de la France à l’autonomie stratégique de l’Union Européenne : « Défense européenne : le défi de l’autonomie stratégique (version française) - Sénat ». http://www.senat.fr/notice-rapport/2018/r18-626-1-notice.html (consulté le 25 mai 2022).

  • Comprendre la « boussole stratégique », nouveau livre blanc de la défense et de la sécurité européenne : « Sécurité et défense : qu’est-ce que la boussole stratégique de l’Union européenne ? », Touteleurope.eu, 25mars2022.Https://www.touteleurope.eu/l-ue-dans-le-monde/securite-et-defense-qu-est-ce-que-la-boussole-strategique-de-l-union-europeenne/ (consulté le 25 mai 2022).

  • Sur la Conférence sur l’Avenir de l’Europe : « Conférence sur l’avenir de l’Europe | Commission européenne ».https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/new-push-european-democracy/conference-future-europe_fr (consulté le 25 mai 2022).

 

(1)Bruno, « Aux origines du français : Les Serments de Strasbourg de l’an 842 », Le Conjugueur Blog, 6 novembre 2020.

https://leconjugueur.lefigaro.fr/blog/les-serments-de-strasbourg/ (consulté le 26 mai 2022).


(2) « Initiative pour l’Europe - Discours d’Emmanuel Macron pour une Europe souveraine, unie, démocratique. », elysee.fr, 26 septembre 2017.

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2017/09/26/initiative-pour-l-europe-discours-d-emmanuel-macron-pour-une-europe-souveraine-unie-democratique (consulté le 25 mai 2022).


(3) « Discours du Président de la République à la conférence de presse du 9 décembre 2021 - Présidence française du Conseil de l’Union européenne 2022 », Présidence française du Conseil de l’Union européenne.

http://presidence-francaise.consilium.europa.eu/fr/actualites/discours-du-president-de-la-republique-a-la-conference-de-presse-du-9-decembre-2021/ (consulté le 25 mai 2022).


(4)« Discours du Président Emmanuel Macron devant le Parlement européen. », elysee.fr, 19 janvier 2022.

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/01/19/discours-du-president-emmanuel-macron-devant-le-parlement-europeen (consulté le 25 mai 2022).


(5) Clôture de la Conférence sur l’avenir de l’Europe. », elysee.fr, 9 mai 2022. https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/05/09/cloture-de-la-conference-sur-avenir-de-europe (consulté le 25 mai 2022).


(6) « Qu’est-ce que la Conférence sur l’avenir de l’Europe ? », Touteleurope.eu, 10 mai 2022. Https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/qu-est-ce-que-la-conference-sur-l-avenir-de-l-europe/ (consulté le 20 mai 2022).


(7) L. P. magazine, « Crise migratoire en Europe: des chiffres pour comprendre », Le Point, 16 juin 2017.

https://www.lepoint.fr/monde/crise-migratoire-en-europe-des-chiffres-pour-comprendre-16-06-2017-2135860_24.php (consulté le 25 mai 2022).


(8) « Les frontières extérieures de l’Union : un débat européen revisité », 22 février 2021

https://www.robert-schuman.eu/fr/questions-d-europe/0585-les-frontieres-exterieures-de-l-union-un-debat-europeen-revisite (consulté le 25 mai 2022).


(9) « 85.000 Ukrainiens réfugiés en France après trois mois de guerre ».

https://www.la-croix.com/85-000-Ukrainiens-refugies-France-trois-mois-guerre-2022-05-24-1301216657 (consulté le 25 mai 2022).


(10) « Veille PFUE - « Sommet UE-UA, un New Deal euro-africain résolument géopolitique ? » », IEC-IES.

Https://www.institut-crises.org/post/veille-pfue-sommet-ue-ua-un-new-deal-euro-africain-résolument-géopolitique (consulté le 25 mai 2022).


(11) « La montée des populismes en Europe fragilise l’UE », RFI, 29 décembre 2016.

https://www.rfi.fr/fr/europe/20161229-union-europeenne-montee-populismes-allemagne-france-pays-bas (consulté le 25 mai 2022).


(12) « Coronavirus : pourquoi tant de disparités dans la lutte au niveau européen », LExpress.fr, 13 mars 2020. https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/coronavirus-pourquoi-tant-de-disparites-dans-la-lutte-au-niveau-europeen_2120743.html (consulté le 25 mai 2022).


(13) « Il y a cinq ans, Draghi sauvait l’euro en une phrase », Les Echos, 26 juillet 2017. https://www.lesechos.fr/2017/07/il-y-a-cinq-ans-draghi-sauvait-leuro-en-une-phrase-176926 (consulté le 25 mai 2022).


(14) « Tribune du Président Emmanuel Macron et du Président du Conseil des ministres d’Italie Mario Draghi sur la stratégie macroéconomique et budgétaire de l’Union européenne. », elysee.fr, 23 décembre 2021. https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2021/12/23/strategie-macroeconomique-et-budgetaire-union-europeenne (consulté le 25 mai 2022).


(15) « Dix choses que fait l’UE pour lutter contre la COVID-19 et assurer la relance ». https://www.consilium.europa.eu/fr/policies/coronavirus/10-things-against-covid-19/ (consulté le 25 mai 2022).


(16)« La présidence tournante du Conseil de l’Union européenne », Touteleurope.eu, 4 janvier 2022. Https://www.touteleurope.eu/presidence-du-conseil-de-l-union-europeenne/la-presidence-tournante-du-conseil-de-l-union-europeenne/ (consulté le 25 mai 2022).


(17)« Pour une Renaissance européenne », elysee.fr, 4 mars 2019.

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2019/03/04/pour-une-renaissance-europeenne (consulté le 25 mai 2022).


(18) « Défense: l’UE crée un fonds pour s’affranchir des Etats-Unis », LEFIGARO, 12 juin 2018. https://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/06/12/97002-20180612FILWWW00133-defense-l-ue-cree-un-fonds-pour-s-affranchir-des-etats-unis.php (consulté le 25 mai 2022).


(19)« Défense : les Vingt-Sept adoptent leur “boussole stratégique” », Touteleurope.eu, 22 mars 2022.

Https://www.touteleurope.eu/l-ue-dans-le-monde/defense-les-vingt-sept-adoptent-leur-boussole-strategique/ (consulté le 25 mai 2022).


(20)« Lancement du programme Erasmus+ 2021-2027 ». https://www.erasmusplus.fr/penelope/actualite/6225/lancement-du-programme-erasmus-2021-2027* (consulté le 25 mai 2022).


(21)« Réinventer le monde après la chute du mur de Berlin : l’Europe à la recherche d’une unité », Le Monde.fr, 29 août 2020.

https://www.lemonde.fr/series-d-ete/article/2020/08/29/reinventer-le-monde-apres-la-chute-du-mur-de-berlin-l-europe-a-la-recherche-d-une-unite_6050265_3451060.html


(22) « Lancement de la Conférence sur l’avenir de l’Europe. », elysee.fr, 9 mai 2021. https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2021/05/09/lancement-de-la-conference-sur-lavenir-de-leurope (consulté le 25 mai 2022).


(23)(« Emmanuel Macron favorable au lancement d’une convention de révision des traités européens », Le Monde.fr, 9 mai 2022),

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/05/09/emmanuel-macron-favorable-au-lancement-d-une-convention-de-revision-des-traites-europeens_6125368_823448.html


(24) M. de l’Europe et des A. étrangères, « Initiative franco-allemande pour la relance européenne face à la crise du coronavirus (18.05.20) », France Diplomatie - Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/coronavirus-declarations-et-communiques/article/initiative-franco-allemande-pour-la-relance-europeenne-face-a-la-crise-du (consulté le 25 mai 2022).






96 vues0 commentaire

コメント


bottom of page